Pascal Simonin & Nina Clapimoss

Photographe

Leur Histoire

Pascal Simonin

Pascal est né à Belfort, dans l’Est de la France, en 1978. Bien plus que réservé dans la vie, la photo lui va comme un gant dès ses débuts à 20 ans, mais c’est réellement en 2005 avec son 1er réflex numérique que tout s’accélère, même si la photo restait uniquement un loisir.

Puis retour à l’école à 30 ans en 2008, avec intérêt cette fois, en Cycle Supérieur de Photographie Professionnelle à l’Ecole de Condé de Lyon pour 2 ans. Il découvre ainsi la culture artistique qui lui manque sérieusement pour s’ouvrir. Il apprend la technique photographique, et fait une vraie rencontre avec un Nikon F3 et l’argentique noir & blanc, qu’il révèle en labo dans les sous-sols de son Ecole.

Son intérêt pour photographier les filles et les femmes va aller grandissant, mais d’un naturel timide, ce sont elles qui viendront le chercher, et il se découvre à l’aise et serein en les photographiant, plus ou moins déshabillées. En 2009, papa de sa 2ème fille, il devient testeur pour une agence de mannequins et photographie principalement les nouvelles venues pour démarrer leurs carrières. Après avoir été assistant pendant ses études en photo, il s’installe à son compte en 2010. Il s’ouvre à de nombreux domaines, allant de la photo culinaire à l’architecture, et osant quitter le studio pour s’aventurer de plus en plus en reportage. Son travail prend un nouvel élan quand il croise à nouveau la route de Nina Clapimoss en 2011.

Nina Clapimoss

Nina est née quelque part en Bulgarie en 1991, de mère inconnue mais probablement russe.

Elle grandit dans les cartons de son père, bulgare d’origine, actuellement diplomate à Londres. Puis, alors qu’elle vit déjà dans un monde à part, elle décide de se murer dans le silence à l’âge de 10 ans. Plus un mot n’est sorti de sa bouche depuis, elle communique en images et préfère son monde virtuel, visiblement brisée par un événement majeur dans sa vie.

Son père, impuissant et incrédule face à elle, se noie alcoolisé dans son travail. Aussi habile avec les mots qu’avec une souris, elle écrit beaucoup et donne parfois vie à ses visions depuis sa deuxième rencontre avec Pascal, en avril 2011. A ce moment là, ils décident ensemble de s’associer et de commencer à réaliser les « croustilles » en images, photographies typées pub, mélange d’humour et d’ironie, où la frontière entre réel et virtuel disparaît pour un monde d’illusions.

On sait assez peu de choses sur la vie et les troubles de Nina, mais ses images en disent long sur ce qu’elle est et ce qu’elle a vécu. D’une grande douceur, elle arrive à nous « faire imaginer le pire sans la moindre angoisse », mais souvent l’humour l’emporte, parfois le cynisme peut faire mal. Dans tous les cas, rien est gratuit avec Nina.

 

Bien plus que des associés, Pascal & Nina sont liés pour toujours, le pire ayant été largement exploré, ils s’attellent à construire le meilleur dans la photographie, professionnelle avec des clients en France et en Europe, et artistique en exposant depuis une dizaine d’années.